• La Suisse referme la salle des coffres!

    Décidément avec la démocratie, on n'est jamais satisfait.

    Quand elle est bafouée, bâillonnée on s'insurge et certains sont même prêts à l'imposer par la force comme un mauvais sirop qu'on impose à un enfant "pour son bien".

    Quand elle est contournée, rognée, fissurée comme dans beaucoup de pays occidentaux où elle est trop souvent réduite à des élections plus ou moins transparentes de "représentants" qui obéissent ensuite davantage aux consignes de leur parti qu'aux électeurs qui ont voté pour eux, certains rêvent de la démocratie directe et mettent à profit les nouveaux vecteurs que sont les réseaux sociaux pour "libérer" l'expression populaire. On voit les résultats inquiétants et de toute façon inefficaces de la démarche en Italie.

    Quand on pose les questions qui les concernent aux citoyens, et bien, là ce sont les résultats qui sont parfois difficiles à accepter. "Vox populi, vox dei" disaient les Romains mais qu'en est-il au fond?

    Tous les citoyens sont-ils en mesure de se prononcer sur n'importe quel sujet? Attendez avant de hurler contre ces propos sectaires ou classistes! Ce que je veux dire, c'est qu'on peut poser toutes les questions que l'on veut mais si on veut une réponse réelle, celle qui mesure vraiment la volonté du peuple, il faut que les citoyens soient informés complètement sur le sujet et que la réponse soit débarrassée d'éléments sans rapport avec la question. C'est trop facile de transformer n'importe quel referendum en vote d'humeur, facile mais très dangereux!

    A mon sens, réalisé comme il l'est actuellement, le referendum d'initiative populaire est un recul de la démocratie, pas une avancée.

    J'entendais dans le métro ce matin des voyageurs qui approuvaient le système de quotas d'immigration du Canada ou de l'Australie. Pour avoir séjourné aux Etats-Unis, je sais que le rêve américain peut rapidement virer au cauchemar quand on n'est pas riche et certain de le rester! Donc le modèle de vie ultralibéral, d'une manière générale, très peu pour moi! Et puis, il y a une autre différence entre Canada, Australie et Europe!

    L'Australie est une île, le Canada est voisin des USA et des forêts et glaces du Nord. la Pression migratoire "naturelle" doit donc forcément y être assez limitée.

    Nous (l'Europe) sommes voisins de l'est européen en pleine décomposition économique et peu intéressés par l'encombrante amitié de la Russie et nous sommes accessibles par terre et par mer pour une grande partie de la misère du sud et de l'Asie. En outre, nous l'immigration, on en a besoin!

    Bref nous nous avons le choix entre construire un mur autour de nos frontières (c'est déjà virtuellement fait) et espérer que les pauvres resteront à l'écart de l'eldorado européen (en tout cas, tel qu'ils l'imaginent)  sans chercher à y entrer de force, soit de nouer des partenariats économiques avec les pays "sources" d'immigration massive pour favoriser un développement économique porteur de meilleures perspectives de vie pour leurs populations.

    Imaginer une Europe blanche et chrétienne, c'est un délire qu'ont peut-être encore certains nostalgiques d'une autre époque, mais ce n'est plus du tout une réalité.

    Mais si on pose la question aux braves gens, là c'est une autre chose! Et là se payent cash les conséquences de discours populistes, xénophobes de l'extrême droite et d'une bonne partie de la droite "parlementaire" mais aussi des gonflements de muscles de ministres de l'intérieur plus soucieux de leur propre image dans l'opinion que du respect des valeurs humanistes de leur parti d'origine et pour finir de la crise elle-même qui conduit à une réflexion simple,  moins de travail = travail pour nous d'abord!

    Et on a le résultat suisse! Alors que la Suisse vit en grande partie de l'argent étrangère!

    Mais si on avait expliqué au moins aux Suisses mais surtout maintenant aux européens déjà tentés de suivre l'exemple, n'est-ce pas M. Fillon?, comment on vit dans un monde où très peu ont beaucoup et beaucoup n'ont rien! Si on avait expliqué que la fermeture sur soi ne peut mener qu'au recul et accessoirement à la violence, si on avait expliqué que la solidarité est la clé de la paix et de la prospérité, certains auraient voté de la même façon, mais la majorité?

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :